Nouvelles

MASTER CLASS
[plus...]

THÉÂTRE DE...
[plus...]

Prochains événements

07.06.2017 - Me
MANUEL DELGADO concert solo (CAEN, France)
05.07.2017 - Me
Manuel Delgado quintet flamenco (Mont de Marsan)
[plus...]
09.10.2017 - Lu
STAGE INTERNATIONAL à Mobelsberg (Suisse)
[plus...]
15.10.2017 - Di
Manuel Delgado trio flamenco (POLAND)
[plus...]
20.10.2017 - Ve
MANUEL DELGADO quartet flamenco à SEVRAN (France)
[plus...]


Presse

TÉLÉRAMA (novembre 2014)

Installé en France, le guitariste espagnol cultive un flamenco fluide et rêveur, melodieux et élégant. Sur le disque BELLAMAR, ses soleas,bulerias et autres fandangos  résonnent avec une grande douceur et des echos indiens ou argentins.Avec contrebasse et bandonéon.

Anne Berthod 



LES INROCKS (La guitare.com  octobre 2014)





LA REVUE DU SPECTACLE
 (novembre 2014)  


 
 


ELEKTRIK BAMBOO
  (novembre 2014)


 


LA GUITARE CLASSIQUE  (novembre 2014)


 



1_Capture_dcran_2015-01-05__18.20.10
2_Capture_dcran_2015-01-05__18.20.39
------------------------------------------------------------------

Z
ICAZIC.COM  (décembre 2014)


 


RFI  (octobre 2014)




 



MANUEL DELGADO & GRUPO

Planète Andalucìa, 29 Avril 2006
Pour ce dernière samedi frileux d`avril, Planète Andalucìa nous a régalés d`un concert chaleureux dont le guitariste Manuel Delgado a été le chef d`orchestre......

Tel un peintre talentueux, Manuel Delgado a décliné une bonne partie de la palette des "toques" flamencos. La plus part de "palos" ont été évoqués avec finesse. La "Taranta" en solo par la quelle il a débuté le concert, empreinte de sérénité et de modernité, nous a plongés en douceur dans l`atmosphère du Levant. Manuel a ensuite été rejoint par d`autres musiciens (guitare et cajon), un "cantaor" et un "bailaor": Bulerias , Tanguillos, Soleà, et Alegrias se sont succédés dans la première partie, et le groupe emporta définitivement l`adhésion du public après l`entracte par ses Tangos, Fandangos, Bulerias, Solea por bulerias, et Rondeña :
un répertoire de grande qualité dont nous retiendrons particulièrement une Buleria por Granaina( avec la 6éme corde en si ) et des Fandangos très originaux. La justesse des choix de tempo donne au jeu de Manuel Delgado un swing d`une grande souplesse, notamment pour les Bulerias et les Tangos.
Nous souhaitons bonne route à cet artiste ............

Maguy Naïmi


MANUEL DELGADO & GRUPO
Magasin FLAMENCO. N° 6
Nuits Flamencas à Châteauvallon le 28 Juillet 2007

...place au Flamenco actuel avec Manuel Delgado y Grupo qui investit la scène du théâtre à 19h30. Le grand guitariste Manuel Delgado présenta au public ses compositions personnelles, accompagné par la danseuse Estefania Suissa et les chanteurs Mencho et Alberto Garcia et par le percussioniste Miguel Sanchez. Manuel Delgado est natif de Barcelone et vit à Paris depuis plusieurs années. La création récente de son groupe est le fruit de longues années de travail en tant que guitariste accompagnateur et compositeur. Dans ce spectacle, il présente des thèmes finement élaborés,accompagné par les étoiles montantes de la scène Flamenca française. Son spectacle fut très applaudi par le public.

Isabel Jacq pour : sitemusiquealhambra.free.fr

MANUEL DELGADO & GRUPO
”Sur le routes de musiques Tsiganes”. Théâtre de Caen. 17 Janvier 2009
LE FLAMENCO DE MANUEL DELGADO SEDUIT 800 SPECTATEURS

A l`occasion du 9ème festival "Sur les routes des musiques tsiganes",
organisé à l`espace Jean Vilar et l`association Archipel, du 16 au 31 Janvier, le Théâtre de Caen accueillait ce samedi trois figures emblématiques de la scène flamenca: le guitariste barcelonais, MANUEL DELGADO, qui fut une de révélations du Premier festival de guitare flamenca de Paris, accompagné au chant par Alberto Garcia..... et au" Cajon" par Miguel Sanchez. Quelques minutes avant le début de la représentation à 17 h, les Foyers du Théâtre accueillent déjà une foule considérable: de nombreux spectateurs sont installés dans les marches.........la prestation a réuni prés de 800 personnes. PENDANT UNE HEURE, MANUEL DELGADO, et ses deux comparses, ont su captiver leur public, OFRANT UN FLAMENCO DE QUALITE, DANS SA TRADITION, ALTERNANT DES RYTMES "SANGUINS" ET DES AIRS PLUS TRANQUILLES ; et tous les trois dans un accord subtil,ont reçu à chaque fin de chanson des applaudissements nourris et son REPARTIS SOUS DES OVATIONS.


www.flamencoweb.fr - CLAUDE WORMS - Dicember 2011
Sin Distancia Trio : "Soleado"
Manuel Delgado (guitare flamenca) Ralf Siedhoff (guitares) Ernesto Martinez ( percussions)

...une belle fidélité dans la connivence musicale, qui assure à" Sin Distancia trio" une remarquable cohérence. Rarement le terme tant galvaudé de "fusion" (un concept qui caractérise ici le rapport entre des musiciens, plus qu’ entre des musiques) aura été aussi pertinent, et la performance de "Sin Distancia Trio" en concert égale celle des meilleurs spécialiste du genre, tel Ultra High Flamenco ....

Les deux guitaristes semblent jouer une "guitare à quatre mains", tant la subtilité de leurs phrasés, leur respiration, et leurs conceptions musicales (leur art de la suggestion et du non dit) sont identiques. Seul le grain instrumental permet de distinguer qui fait quoi dans les entrelacs impressionnistes des cordes, brumes de gouttelettes sonores, entre arpèges et rasgueados à peine effleurés, percées de brèves et incisives montées vers l’ extrême aigu du registre de l’ instrument.

Les thèmes mélodiques finement (mais fermement) dessinés émergent de ce fond de pastels colorés, engendrés par des séquences harmoniques modulantes réalisées avec une grande inventivité (le jeu à deux guitares permet de savoureuses superpositions de renversements d’ accords), qui assurent la cohérence des compositions.

Le ton apaisé de l’ ensemble, "muy soleado" en effet, n’ exclut pas la vigueur rythmique, efficacement relancée par les percussions d’ Ernesto Martinez, qui signe un solo très musical.

Installez-vous confortablement sur la terrasse, face à la mer et au coucher du soleil, un américano à portée de la main. Mettez "Soleado" sur la platine.... et savourez le tout sans modération.
Kölner Stadt-Anzeiger
Due De Guitare
DES DOIGTS LEGERS ET RAPIDES

Bergisch Gladbach - Il s’appelle simplement „The Guitar Duo", la formation- duo de Manuel Delgado de Barcelone et Ralf Siedhoff de Weimar. C’est à Tunis qu’ils se sont connus, ils se parlent en Anglais et reprennent des éléments de folklore venus d’Inde, d’Espagne et de Je-ne-sais-où encore : si ça, ce n’est pas assez international... !
Autour de la scène du „Löwen", un public considérable s’était retrouvé pour écouter les compositions originales des deux. L’Espagnol se servait surtout de la guitare flamenco, l’allemand prenant la guitare „normale" de concert et une autre guitare à 12 cordes avec un son quelque peu ferraillé déjà. Des doigts légers et rapides, ils les ont tous les deux, et une culture de „sons" impressionnante par dessus le marché.
Sans trop de bavardages, on jouait: à tour de rôle des compositions des deux, toujours sans partition, toujours presque parfait. Un style „multi- culturi- mixé- câlin", pour plonger dans le bien être; par-ci un peu de Jazz, par-la tendance musique sitar indienne, mais aussi du flamenco pur-race. L’alternance des instruments et des styles différents apportait l’alternance au mélanges des sons, à la longue peut-être un peu „back-ground". Une soirée pour un bain de détente musicale: fortement applaudie. (D.M.)
ROCK’IN GERMANY
Due De Guitare
THE GUITAR DUO

Azucena
(Acoustic music records)

Toujours a la recherche de nouvelles expériences musicales," Acoustic music" peut ici en présenter une des plus extraordinaires. De la „world music" avec des escapades pleines de tempérament et d’un Flamenco parfois enjoué... c’est comme ça que l’on pourrait appeler en gros ce qu’attend l’auditeur sur „Azucena".

On ressent bien dans cette production les origines et les expériences de ces deux parties du duo. L’Espagnol Manuel Delgado et l’Allemand Ralf Siedhoff se son rencontrés en 1997, à Tunis, ou à l’époque ils travaillaient avec des musiciens venu de sept pays différents pour un concert donné en commun à Carthage. Ainsi , on ne peut pas ne pas entendre les expériences faites des deux musiciens autour des classiques indiens et orientaux et du Jazz contemporain européen. Entre la guitare Flamenco, la guitare classique et la guitare à douze cordes, Manuel Delgado et Ralf Siedhoff construisent autour de leur début commun une tension musicale étendue à loin, pleine d’émotion... et qui a la force de vous détendre.

(Guitar Jonny)
LEIPZIGER VOLKSZEITUNG
Due De Guitare
„THE GUITAR DUO" UN DEBUT D’AUTOMNE A LEIPZIG A LA CHALEUR ESPAGNOLE

Delgado et Siedhoff enthousiasment la ,,mb" (,,petite scène")... remplie à ras bord

Méme en Tunisie, là, où Manuel Delgado et Ralf Siedhoff se sont connus, il n’avait pas pu faire beaucoup plus chaud... C’est en tout cas ce qu’out dû se dire les uns et les autres en écoutant le Guitar Duo dans une salle remplie jusqu’au bout - et les projecteurs ne faisaient que ressortir encore plus la chaleur éblouissante d’Espagne que Delgado chantait sur sa guitare de flamenco.
Mais on voyait bien aux visages concentrés des deux joueurs l’énorme travail qui avait fait naître ces mélodies qui coulaient si facilement et si merveilleusement bien. Les deux joueurs marquaient le temps de leurs pieds, avec plus ou moins de véhémence, allant jusqu’à bouger tout leur corps aux chansons les plus passionnées. On décelait bien leur enthousiasme pour la musique et le plaisir de jours propres morceaux.

Et bien sûr, ils étaient quand-même un petit peu fiers de leur CD „Azucena", cité de temps en temps au public par Siedhoff, avec un petit clin d’oeil. C’est vrai que ce disque est tout à fait recommandable, mais in ne peut remplacer l’ambiance des concerts „lives" du duo. Delgado avec sa guitare est le „fier espagnol" par excellence, et Siedgoff a rapidement séduit son public par son attitude décontractée et „cool". L’harmonie des deux entre eux, non seulement on pouvait l’entendre, mais en plus, elle était visible: pendant qu’ils jouent, ils se lancent des coups d’oeil, regardent avec attention la partie solo de l’autre.

Et c’est avec cette même attention que les spectateurs suivaient du regard les deux artistes. La présence du duo sur scène était forte. Presque deux heures plus tard, après deux rappels que le publique avait exigé avec des applaudissements enthousiastes, le Guitar Duo laissait partir ses auditeurs dans le Leipzig automnal. Et pour tant, pendant un moment encore, on avait l’impression d’être tout juste revenu d’un pays en plein soleil.
(Andrea Burkhardt)
FRÄNKISCHER TAG BAMBERG
Due De Guitare
UN PAS DE DANSE DANS UN NOUVEAU MONDE DE SON

Du Jazz, du Flamenco....et plus, avec „The Guitar Duo" au „Neues Palais" de Bamberg.

Leur première rencontre date du mois d’Août 1997. Le guitariste flamenco Manuel Delgado originaire de Barcelone, et le guitariste de Jazz Ralf Siedhoff venant de Weimar. Ce qui avait commencé lors d’une rencontre internationale de musiciens à Tunis et d’un concert à l’amphithéâtre de Carthage, est devenu, en l’espace d’un an, „The Guitar Duo", dont le premier CD vient d’être ficelé. Depuis une semaine maintenant, les deux musiciens sont en tournée en Allemagne, et ont donné un de leurs concerts jeudi dernier à Bamberg,au „Neuer Palais".
La saison s’y est ouverte alors avec un dialogue nord-sud européen en langue de guitare. Ou plutôt: en plusieurs langues de guitare, car les différentes racines musicales des deux musiciens sont en même temps le sujet principale de leur collaboration. Avec leurs compositions originelles, ils cherchent leur chemin au-delà des frontières musicales. Si le Flamenco, voir le style ibérique y dominent...on y distingue bien, des sons africains indiens ou orientaux, et Siedhoff ne cache pas ses origines de Jazz. Deja au premier morceau , „Aquellos gitanos" de Manuel Delgado, L’espagnol arrivait a voler très haut en flamenco, et on entendait s’y mélanger des éléments jazz venant de Siedhoff. Le résultat était bien loing donc de cette espèce de musique folkloriste à tout va, que l’on vend au touriste comme étant le vrai flamenco. Avec sa „Buleria" en solo - une variation de musique populaire Andalouse - Delgado amenait la chaleur de l’Espagne jusqu’à l’Allemagne automnale. Avec „Dorsaf", un morceau dédié à une chanteuse tunisienne, Delgado et Siedhoff rappelait la mémoire du Festival de „world musique" à Tunis qui avait été à l’origine de leur rencontre et qui continue à jouer un rôle important dans leur choix des différent éléments de style musicaux. Et la composition de Siedhoff, „Waiting for a friend" montre bien son lien aussi bien avec le free-jazz qu’avec la musique indienne Raga.
Et qu’il en existe encore d’autres possibilités, il le soulignait plus tard avec des morceaux tels que „Song for the Raï-Hause" ou „Klaines Lied" ou le jeu se composait d’éléments de jazz et de folklore et improvisation libre.
Pourtant, les deux guitaristes ne se jouaient ni jouaient leurs styles en adversaire. L’harmonie était parfaite, et si l’un des deux donnait dans un solo furieux, son partenaire en formait le back-raund assorti. Lors de leurs escapades dans des univers de sons nouveaux, ils se poussaient l’un l’autre vers l’avant. Des cassures parfaitement accordées, des changements de temps soudains et surprenants, des séquences d’accords à couper le souffle. L’impression générale de la soirée était celle d’un mouvement en avant fort et dynamique, d’une aspiration musicale. Et compte tenu de la vitesse à de degrés parfois fous, les deux démontraient un artisanat de guitare-handing des plus souverains. Il y avait aussi des caresses, des petites tapes... grâce auxquels les deux musiciens réussissaient à faire sortir de leurs instruments des nuances et des demi-teintes sonores supplémentaires. Ainsi, ils nous offraient non pas juste une résonance technique brillante, mais aussi une grande force d’expression. Et, avec un vocabulaire emprunté à une autre tendance musicale, il est permis de dire que le concert de ce duo de guitares avait du „grouve and soul". (dib)